Un an

Voilà ça fait un an

Il y a un an avec monsieur ronchon nous courions les rues du quartier Montparnasse pour chercher un moyen de charger la batterie de mon téléphone en dehors de mon téléphone !

Cette aventure nous aura occupé l’esprit le temps qu’un chirurgien ouvre le cœur de notre fils afin de réparer le trou qu’il avait entre ses oreillettes !

Aujourd’hui il va très bien !

Un an

Mon bébé a déjà un an !!

Moi 14

Petite pause dans ce long monologue

Moi 13

Donc oui, nous avons fait une contre offre, au dessus des autres mais en dessous du prix demandé. Et nous l’avons eu !

Il restait à avoir l’emprunt à la banque, ce qui s’est fait sans problème, à distance car notre banque est aussi dans la région centre…

Nous avons donc appris que la maison avait l’âge de notre fils et que ses propriétaires qui l’ont fait construire la vendait déjà car ils divorçaient !

Nous avions suivi le parcours normal, avec les délais de rétractations etc. Nous avons eu les clés un peu plus rapidement car la dame vivait encore dedans avec ses enfants et devait donc un loyer à son ex mari…

Bref nous avions donc une maison quasiment neuve, ce qui nous a posé quelques problèmes au niveau des travaux car pour la TVA il fallait attendre les deux ans de la maison pour avoir le truc réduit.

Nous étions enfin chez nous. Nous avons gardé contact avec nos anciens voisins.

En avril/mai 2010 angélique est venue voir la maison et le Mini. Ce fut la dernière fois que nous nous sommes vus moi, même si je suis toujours en contact avec elle, et aujourd’hui elle a aussi quitté la région centre mais est partie à l’opposé de moi, pour rejoindre son copain.

La maison est très bien placée par rapport à l’école maternelle et primaire qui est au bout du jardin.

Nous avons donc fait faire pas mal de travaux, maçonnerie (l’escalier devant, daller la terrasse, carrelage dans le garage et le sous sol, muret de clôture, aménagement complet des combles…), plomberie (robinets extérieurs, aspirateur centralisé, évier équipé d’un broyeur), électricité (chauffage au sol dans les combles, installations de luminaires dans la cuisine), entre autres.
Aujourd’hui encore nous avons des projets de travaux ! La dernière chose en date la nouvelle douche et prochainement une crédence en verre dans la cuisine.

Au début que nous étions dans la maison j’avais fait beaucoup d’efforts, je prenais soin de mon intérieur, le Mini m’aidait en faisant des bonnes siestes, je vidais les cartons. Mais a priori mes efforts n’étaient pas suffisants puisque mon homme avait toujours des bonnes raisons de me reprocher ce que je ne faisais pas.
Ça commençait sérieusement à me peser, en plus je ne voyais toujours personne. Les seules conversions adultes autre qu’avec mon mari c’était avec la pharmacienne ou la caissière quand je ne faisais pas mes courses au drive.

Avec mon homme nous nous étions dit que nous ne voulions pas trop d’écart entre nous enfants, et l’envie d’une nouvelle grossesse et d’un nouveau bébé se faisait lourdement ressentir pour moi, surtout que j’avais l’impression de voir des ventres ronds et des bébés partout.
Mon homme lui n’avait pas l’air très chaud… J’ai un peu insisté
J’arrivais à la fin de ma prescription de pilule et je n’avais pas envie d’une nouvelle !
Finalement je suis arrivée à la fin de ma plaquette et mon homme a accepté. Nous étions en juillet 2010.
Je me disais que ça irait vite…
La suite de cette histoire c’est l’histoire de ce blog !

En octobre Ingrid est venue à la maison avec sa puce qui ne marchait pas encore. C’était sympa de les voir.

J’ai des cycles longs et anarchiques, qu’avec j’ai vu que ça ne marchait pas aussi bien que pour le Mini j’ai assez vite perdu patience, j’ai pris rendez-vous avec mon gynéco en janvier, il m’a bien sûr recommandé d’être patiente, d’arrêter de faire des courbes de température, etc.
Cette quête de la grossesse commençait à me peser, et mon homme n’était pas d’un très grand soutien psychologique pour moi. J’ai commencé à fréquenter doctissimo après un nouveau rendez-vous avec mon gynéco où il m’a prescrit Clomid et Duphaston. Je suis donc arrivée sur un forum dédié à ce traitement, puis j’en ai rejoint un plus générique sur le désir de grossesse.

J’ai ensuite demandé à mon gynéco de nous envoyer en PMA. Notre généraliste avait entre temps prescrit un spermogramme qui ne s’est pas révélé très bon.

Puis j’ai créé ce blog.

Le Mini a grandi, il se développait bien, était même propre le jour. Je l’ai inscrit à l’école en espérant qu’il irait juste avant ses 3 ans.

Moi 12

Le Mini est né le 9 janvier 2009 par 0h10.
Il était petit, 48 cm pour 2,970 kg.
Il est né dans le nuit du jeudi au vendredi, le mercredi suivant nous étions tous les trois chez nous, une nouvelle vie allait commencer.

Au moment de la naissance du Mini, mon grand père maternel à quitter notre monde. Je ne le connaissais pas du tout, j’ai du le voir deux fois dans la vie. Il a repris contact avec sa fille, la mère, quelques années plus tôt, et ma mère lui a pardonné (c’était un homme violent qui avait été déchu de ses droits parentaux, il était aussi très avares, il a repris contact avec ma mère et son frère, il voulait qu’à sa mort son héritage soit divisé entre ses enfants et petits enfants)

Les premières semaines se sont très bien passées, il dormait beaucoup, dans son lit, dans sa chambre, à l’étage avec son angel care branché en permanence. On nous a dit de le garder avec nous la journée, que ça serait mieux pour lui, sauf que nous n’étions pas d’accord, nous estimions qu’il était bien mieux dans son lit pour dormir.

Une des premières fois ou nous l’avons descendu c’était un vrai festival pour ses narines : nous étions en pleine cuisson de tartiflette !!!

Nous avons mis du temps à bien réaliser que ce petit être tout fragile était bien de nous, ça semblait tellement surréaliste !
Je crois que même aujourd’hui alors qu’il a 5 ans, que je sais que c’est mon fils, j’ai encore du mal et je pense que les mauvaises relations entre nous viennent de là, on est toujours en opposition comme je l’étais avec mon frère que je retrouve parfois dans le comportement du Mini.

Quand le jour de son terme est arrivé, il a commencé à changer de comportement, il dormait nettement moins, même si on avait de le chance car même si le soir il s’endormait parfois tard, il ne se réveillait pas trop de fois, une ou deux la plupart du temps.
Sauf que tous les soirs, à partir de la fin de l’après midi, il hurlait… Il pleurait beaucoup beaucoup. Ça en devenait vraiment dur pour mes nerfs, son père marchait beaucoup avec lui dans les bras et des qu’il s’arrêtait la machine à brailler repartait de plus belle…
En plus c’était un bébé avec de gras grands besoins de succion. L’allaitement a été un peu  laborieux au début, je n’avais pas confiance en moi, je ne savais pas comment m’y prendre, à la maternité j’ai beaucoup demandé de l’aide, mais j’ai finalement opté pour la position allongée. Surtout qu’il restait parfois des heures au sein… Je n’ai jamais eu d’engorgement ni de crevasse mais cela ne veut pas dire que je n’ai pas souffert. En plus j’ai des migraines et à cette époque ce qui marchait c’était les anti inflammatoires, donc hors de question pendant  l’allaitement. J’ai réussi à mener cet  allaitement jusqu’à la veille de ses 7 mois (j’ai toujours regretté d’avoir fait passé mon bien être avant le sien). A ce moment là il était déjà bien diversifié.
La  diversification a commencé vers ses 5 mois car il ne prenait plus assez de poids. Et cela nous a été salutaire. Il a doucement arrêté ses crises du soir, était plus calme, et a même commencé la tétine ! ! ! ! !
Et j’ai commencé à pouvoir souffler un peu.

En mai 2009 je reprends pour de bon contact avec Ingrid. Elle m’annonce alors sa grossesse, à six mois, à peu près au moment où elle l’a appris elle même !

Nous faisons connaissances avec nos voisins en face, qui ont et un petit garçon une semaine après nous. On se rapproche d’eux.

Vers ses 5 mois nous avons organisé la fête post mariage, dans la région centre. Nous avons à distance choisi une salle, commandé différents pays tout fait (plateau de viandes froides entre autre).
Nous invitons la famille plus large que pour le mariage, mes oncles et tantes, parents, grands mères et du côté de mon homme seule son frère avec sa femme et leur fils (deux/trois ans de moins que nous) viennent car les parents de mon homme étaient vexés (en fait ils étaient venus pour la naissance du Mini, la veille de leur départ je leur ai dit que j’allais faire les courses sur Auchan drive car c’est quand même plus simple avec un bébé plutôt que d’aller dans le magasin, ils me disent rien, le lundi ils partent et moi je file chercher les courses, en rangeant je me rends compte qu’ils ont fini le beurre… Le soir je demande à mon homme de les appeler pour leur dire, sauf qu’ils ont toujours pas compris que je ne leur reproche pas d’avoir mangé le beurre mais de ne pas me l’avoir dit, depuis ils viennent avec leur beurre…)

Nous sommes donc allés dans la région centre. Nous en profitons pour aller voir Ingrid, que nous retrouvons dans un bar, avec son gros bidon tout rond tout plein d’une petite fille, et mon gros bébé qui commence déjà à bien s’agiter !

Nous avons tout préparé nous même, l’installation des tables/chaises/déco, nous avons lancé pas mal de préparations (faire cuire une grosse quantité d’œufs dire c’est pas évident). Ce qui n’est pas évident non plus c’est de tout faire d’un bras pour moi car le Mini me monopolise l’autre.

Tout c’est très bien passé. A un moment un homme se gare devant la salle, je lui dis gentiment que c’est une fête privée… C’était mon oncle que je n’avais pas vu depuis des années !

À la fin tout le monde nous a aidé à débarrasser, j’ai donné les restes de nourriture à ceux qui en voulait.

Puis nous sommes rentrés chez nous. Le train train à repris, les reproches de ce que je ne faisais pas aussi. Et aussi mon addiction aux écrans. Facebook commence à prendre une grande place, avec ses applications de ferme, d’animaux virtuels… Je m’enferme… Et en même temps j’aime bien, ça me permet de ne pas trop réfléchir, ça me fatigue mais ça me repose aussi.

En octobre nous sommes retourné dans la région centre pour fêter les 90 de la grand mère. Ça s’est passé sur 2 jours, et comme ma grand mère commençait à fatiguer avec mes cousins nous avons décidé de ne plus aller chez elle pour y dormir, nous avons donc du prendre une chambre d’hôtel (car il n’y a pas de place pour nous chez mes parents contrairement à mes beaux parents), ce qui n’a pas été très pratique.

C’est à ce moment que nous avons vraiment commencé à chercher une maison à acheter. Nous en avons visité plusieurs, avons rencontré des agences immobilières qui avaient des projets neufs.
Nous avons regardé les différents terrains à bâtir.

Cela a pris quelques semaines, puis un jour nous en avons visité une dans la commune où nous habitions.
Une maison très spacieuse, trois chambres, tout sur le même niveau, plus besoin de monter un étage pour aller se coucher ou se doucher, des combles aménageables, un sous sol complet, un garage double, un rez-de-chaussée sur élevé. Mais bien que la maison soit tout à fait habitable ils manquaient tout de même certaines choses comme un escalier pour accéder à la porte d’entrée… Heureusement il y avait une porte de service.
Une offre en dessous du prix demandé avait été faite. À nous de décider ou non de faire une contre offre.

Moi 11

J’ai donc suivi des formations, le soir.
Deux soirs par semaine, pendant plusieurs semaines.

J’ai fait deux formations communication/marketing (dont une avec mon homme), et aussi deux formations de luxembourgeois.

J’y allais en voiture, et le soir ce n’est pas toujours évident avec la fatigue, mais cela m’a fait un bien fou.

Entre tous ces formations j’ai refait un peu d’intérim.
Une courte mission où je ne me suis pas plu du tout et heureusement qu’on ne m’a pas gardé car je n’aurais pas supporté l’ambiance bien longtemps.
J’ai aussi refait une mission assez longue dans la banque où j’avais fait ma première mission.
Lors de cette mission je m’étais mise à Weight Watchers, et j’ai réussi à perdre 30 kilos. Je me sentais alors plutôt bien dans ma peau. J’avais envie de m’acheter des vêtements, d’ailleurs je m’habillais chez jenyfer c’était génial.

En plus avec mon homme on s’est mis à voyager. Nous sommes allés chez sa soeur au Mexique pour les fêtes de Noël de 2005, nous sommes allés à Barcelone, à Londres (nous avons assisté à la comédie musicale du roi lion, une pure merveille).
Cette période était plutôt sympa.

Puis ma dernière mission d’intérim a pris fin.
Je me suis retrouvée de nouveau « seule ».

Ma dernière formation de luxembourgeois était après ma dernière mission d’intérim.
Pendant cette formation nous avons déménagé pour une autre maison jumelée, mais là nous avions un garage double sous la maison c’était super.
Les personnes avec qui je faisais la formation m’avait dit qu’avec ce changement de logement il y aurait sûrement un changement de vie. A la fin de cette formation nous avons passé un mini examen pour « valider » la formation, avec quelques semaines après une remise de diplômes. Lors de cette remise de diplôme je leur ai annoncé ma grossesse !
Grossesse obtenue dés l’arrêt de la pilule ! Chose que je n’avais pas prévue car angélique (qui aujourd’hui encore n’a pas d’enfant, et n’est pas non plus en essai) m’avait prévenu que je devrais être patiente car il faut en moyenne un an d’essai…

Les remises de diplômée étaient en juillet 2008 je crois.
Ma grossesse a débuté en avril

En août nous partons passer quelques jours dans nos familles, d’abord chez mes beaux parents puis chez ma grand mère qui depuis quelques temps avait déménagé pour vivre dans la même ville que ses enfants (mon père et ma tante)
Un matin chez ma grand mère mon homme me propose de façon très (peu) romantique de se marier lol
Nous annonçons très vite la nouvelle, dont à angélique qui avait fait le déplacement chez ma grand mère.
Pour la date de mariage, facile, le 7 octobre suivant, le jour de notre anniversaire.

Nous avons fait un mariage très simple, nous, nos parents et mon frère et témoins. Sachant que mon homme avait comme témoin ses parents !
Nous avons fait un bon repas dans un restaurant et nous avons prévu de faire une fête plus importante après la naissance de bébé pour inviter plus de monde.

Pour les fêtes de Noël nous sommes restés tous les deux et demi. Pas la force de recevoir vu que mon terme était prévu pour le 26 janvier, trop peur d’un pépin si on prenait la route.
Nous en avons profité pour regardé pirates des caraïbes, en VO, et nous n’avons rien compris à l’histoire.

Un jour j’ai commencé à avoir mal de tête, un mal de tête persistant, du à une tension trop élevée. Nous étions à près de trois semaines du terme.
Mis à part cette fin de grossesse « sous tension » cette grossesse s’est bien déroulée. Juste les maux sympathiques en tout de début et une grosse fatigue pour moi tout le long.

Donc à cause de la tension on allait pousser bébé dehors !
Mais ça je l’ai déjà raconté !

Moi 10

Juillet ou août dans les meilleurs délais ? ? ? Nan mais allô quoi c’est pas possible, tu veux avoir ma mort sur la conscience je crois !

Mon homme est d’accord aussi, c’est trop long, on a tous les deux envie de se retrouver enfin, nous n’en pouvons plus de cette relation à distance. Alors on décide qu’on arrête les frais, et qu’il vienne me chercher.

Je pose donc ma démission en me renseignant aux assedic pour savoir si j’aurai droit à quelque-chose vu que je quitte un CDI… Mais non !
Mes parents emmènent des affaires à moi chez mes beaux parents (leur première rencontre, et depuis je crois qu’ils se sont pas trop rencontrés en fait).
Puis le lendemain de mon anniversaire, pour le week-end de pâques mon homme est venu me chercher. J’avais passé la nuit chez ses parents après avoir rendu ma chambre à la résidence.
Nous étions tous les deux fébriles d’impatience. C’était enfin le grand jour, le début de notre vie à deux !

C’est comme ça qu’à commencer la cohabitation, dans cet enthousiasme des nouveaux amoureux (même si nous fêtions nos un an et demi). Une nouvelle aventure s’ouvrait à nous.

Au début tout était tout rose bonbon.

Puis peu à peu l’isolement s’est imposé à moi. J’étais toute seule toute la journée, ma journée se résumait à chercher du travail, avec une connexion internet non illimité et un ordinateur qui appartenait à mon homme et que je limitais au strict minimum.

Au début j’avais tout de même mes leçons de conduite, et j’ai eu de la chance de trouver une auto-école qui accepte de me prendre juste pour quelques heures de conduite et une inscription au permis.
Je l’ai eu très vite. Mais c’était compliqué, il me fallait prendre un car pendant une grosse demie heure pour aller dans la « grande » ville.
Grande chance aussi pour le jour du permis. J’étais la seule candidate, ça a mis l’examinateur de bonne humeur. En plus j’avais une sorte d’allergie à la poussière des qu’on mettait l’air conditionné dans la voiture, ce que l’examinateur a fait très vite et à qui j’ai dit très vite aussi que la clim me faisait pleurer… Ça l’a fait rire, mon prof aussi… L’examinateur m’a demandé de me garer à droite, je n’ai pas compris qu’il voulait que je fasse un créneau avant une voiture mais comme après il y avait plus de place j’ai voulu me garer après… Il a rigolé je me suis trouvé bête, du coup il m’a demandé de faire un demi-tour que je maitrisais bien mieux que le créneau…
Mon homme avait posé congés pour m’accompagner. Quand on est revenu je suis restée avec l’examinateur dans la voiture et le prof a discuté avec mon homme. Il lui a dit qu’il n’avait jamais vu un parcours si facile !!! Bien sûr je l’ai eu tout de suite.

Je me suis vite rendue compte que mon allemand me faisait fortement défaut ici. J’ai fini pas faire une formation au Greta. J’ai donc refait de l’allemand et j’ai commencé le luxembourgeois. Il y avait aussi des cours de bureautique, obligatoire, où je me suis ennuyé comme un rat mort car j’avais un niveau nettement supérieur !
À la fin de cette formation j’ai du fait un stage. Je l’ai fait dans la boite de mon homme. Je n’ai pas du tout aimé travailler avec lui.

Déjà à la base je n’ai pas aimé ce que je faisais, je me suis tapé à entrer manuellement dans une base de donnée outlook plein de carte de visites… Fastidieux, j’ai aussi du me creuser la tête pour récupérer celles qui avaient été entré dans excel je crois, un truc bien tordu et que j’ai du tout vérifié, boulot de merde. Je devais aussi être l’assistante de l’assistante qui ne me laissait que des miettes car elle voulait se faire bien voir du boss qu’elle avait mis sur un piédestal alors que lui ne s’abaissait même pas à lui faire la bise.
En plus quand j’avais du mal à faire certains trucs j’allais voir mon homme, qui parfois m’envoyait balader comme une malpropre, chose qu’il n’aurait jamais fait avec quelqu’un d’autre.
A la fin du stage on a eu une journée un peu spéciale, le boss avait organisé des présentations en interne et m’avait demandé de prendre des notes et de faire une synthèse, chose que je n’arrivais pas à faire pourtant ayant suivi un cursus universitaire j’aurais du pouvoir prendre des notes… J’ai juste recopié les diapos… Mais j’ai eu une grande chance après le déjeuner je me suis mise à vomir, je n’ai pas pu assister à la fin de la journée, ni même à la fin de mon stage car j’ai été arrêtée la dernière semaine pour un état grippal. Ouf sauvée

Puis mon « calvaire » a repris. En plus mon homme finissait parfois tard. Un jour j’ai pété un plomb, j’étais tellement énervée qu’il rentre si tard que je suis sortie, sans prévenir. J’avais besoin de me défouler et qu’on me laisse tranquille le temps que je me calme. Sauf que ne me voyant pas et ne sachant pas ou j’étais mon homme a pris peur, il a téléphoné à mes parents, aux siens, à angélique, à failli rameuter les pompiers et les flics et il m’a bien montré son désaccord quand je suis rentrée (je n’ai plus jamais fait ça même si des fois je pense que ça désamorcerait nos disputes)

Nous habitions toujours dans le logement que mon homme avait pris en arrivant dans la région, un tout petit logement avec une pièce qui servait de chambre, hall d’entrée, salon/séjour et d’une cuisine/buanderie dans laquelle donnait la salle de bain de 2m2 et les WC… Nous avions aussi une cave, avec un sol en terre et ou tout moisissait.
Ce logement se trouvait dans une ancienne maison de mineur, des maisons jumelées. Nous n’avions pas de garage et pour aller au parking nous devions longer la petite ruelle, et traverser une route, pratique quand on rentre avec une semaine de courses (on avait alors le droit de mettre la voiture dans la ruelle le temps de décharger)
Un jour nous avons appris que la voisine du dessus, qui avait un duplexe qui correspondait à deux logement comme le notre, avec en haut deux chambres, allait déménager, nous avons donc posé très vite une option sur son appartement dans lequel nous avons donc emménagé.
C’était rigolo de déménager d’un étage, on a pris notre temps mais du coup on avait des affaires sur les trois niveaux… Pas toujours pratiques… Et ça fait un peu mal aux fesses de devoir tout changer, électricité, etc, pour un étage d’écart…
Nous avons doublé notre surface habitable, enfin pas tout à fait car c’était mansardé. Doublé aussi le ménage et le rangement dont j’avais déjà marre. Marre de voir ma vie résumée à celle d’une femme de ménage qui attend sagement son mari.
Nous avions donc maintenant une chambre d’amis qui faisait aussi bureau, comme nous avions aussi une connexion internet haut débit et illimité c’était cool.

Je continuais à chercher du travail. Nous avons aussi acheté des Nintendo ds et j’ai découvert le jeu animal crossing qui est alors devenu mon obsession. Nous avions un nouvel ordinateur qui était branché sur la méga télé du salon, en même temps j’étais sur la console (déjà complètement happée par les écrans). J’ai commencé à m’enfermer.

En cherchant du travail je me suis inscrite dans des agences d’intérim qui m’ont finalement trouvé du travail. Une mission inintéressante pour moi mais qui payait bien. J’allais bosser dans la capitale en plus ! (Bon c’est à peine plus loin)

J’allais bosser en train et donc j’étais dépendante des horaires, ce qui était bien c’est que la gare était à peine plus loin que le parking pour la voiture !

Le boulot était chiant mais les gens sympas. He puis ce qui était détestable c’était de ne jamais savoir si on allait me prendre ensuite ou pas. Puis un jour mon contrat c’est terminé et je me suis retrouvée à la case départ.

Je faisais déjà de moins en moins d’effort à la maison déclenchant de plus en plus de critiques de mon homme qui ne voyait que ce que je ne faisait pas. Parfois je faisais des efforts pour en faire plus, mais toujours des critiques sur ce que je ne faisais pas. Entre ça (et les disputes de plus en plus fréquentes) et le manque de retour sur ma recherche de travail je me sentais mal.

J’ai alors cherché à faire de nouvelles formations.